wrapper

Connexion S'inscrire

Connexion

Fondée le 24 juin 1908 au Collège Macdonald à Sainte-Anne-de-Bellevue par le professeur William Lochhead et un groupe de biologistes dévoués, la Société de protection des plantes du Québec (SPPQ) est la plus ancienne société scientifique en Amérique du Nord vouée à la protection des plantes.

Toujours active sous son nom original, elle regroupe des chercheurs universitaires et gouvernementaux, des agronomes, des biologistes, des ingénieurs forestiers, des technologistes, des étudiants, ainsi que toute personne intéressée à la protection des plantes. Les membres de la SPPQ s'intéressent aux aspects théoriques et pratiques des diverses disciplines reliées à la phytoprotection, notamment l'entomologie, la nématologie, la malherbologie et la phytopathologie, les domaines agricole, forestier et horticole.

Un lieu d'échanges fertiles

La Société organise à chaque année un congrès pour répondre à sa volonté de favoriser les échanges entre les personnes intéressées à la protection des plantes et de promouvoir la recherche pluridisciplinaire en phytoprotection. Lieu d'échanges fertiles, ce congrès annuel permet aux membres de présenter les résultats de leurs travaux de recherche et de discuter de problèmes reliés à la protection des plantes. Le congrès est également l'occasion d'un symposium traitant d'un sujet particulier et regroupant des conférenciers et des conférencières d'ici et d'ailleurs.

Une fenêtre sur la communauté scientifique

La Société favorise également la diffusion des connaissances scientifiques en publiant la revue Phytoprotection que les membres reçoivent trois fois par année. La revue publie, en français ou en anglais, des articles scientifiques originaux, des communications brèves et des articles de synthèse traitant de tous les aspects de la protection des plantes.

De plus, la Société publie le livre Noms des maladies des plantes au Canada, un ouvrage indispensable aux personnes impliquées en protection des plantes.

Un outil de liaison

Véritable lien entre les membres, le bulletin de liaison Échos phytosanitaires les informe des activités de la Société et de ses membres, ainsi que des développements récents en phytoprotection.

Un moyen d'encourager la relève

Afin d’encourager la relève scientifique, la Société décerne annuellement une bourse à un étudiant ou une étudiante à la maîtrise ou au doctorat poursuivant des recherches liées à la phytoprotection. À l'occasion de son centenaire (1908-2008), la SPPQ a offert deux bourses d'études supérieures : la Bourse du Centenaire SPPQ 2008 Margaret-Newton (d’une valeur de 2000 $) ainsi que la Bourse étudiante SPPQ 2008 (d'une valeur de 1000 $). Cette dernière est maintenant remise à chaque année à un étudiant poursuivant des études dans le domaine de la phytoprotection. La Société remet également le prix W.E. Sackston, d’une valeur de 300$, pour la meilleure communication étudiante présentée lors de son congrès annuel.