wrapper

Connexion S'inscrire

Connexion

PHYTOPROTECTION 1990 (71) : 1 – 8

Field comparison of sterol-biosynthesis-inhibiting fungicides used alone and in combination with protectant fungicides for apple scab control
J. Warner

PHYTOPROTECTION 71 : 1-8

[Field comparison of sterol-biosynthesis-inhibiting fungicides used alone and in combination with protectant fungicides for apple scab control] Manuscrit disponible en format pdf

Nous avons évalué plusieurs fongicides inhibiteurs de la biosynthèse des stérols (IBS) seuls ou combinés avec des matériaux de protection à large spectre d'action lors d'essais au champ contre le Venturia inaequalis. Lorsqu'utilisés dans un programme de vaporisation de 10 jours, les fongicides IBS, utilisés seuls ou en combinaison, ont permis une meilleure répression de la tavelure de la pomme, comparativement au matériel de protection utilisé seul. Avec le bitertanol, le diniconazole et le penconazole, le mélange a aussi procuré une meilleure répression de la tavelure que lorsque les fongicides IBS étaient utilisés seuls. Cependant, avec le flusilazole et le myclobutanil, aucune amélioration de la répression de la tavelure ne s'est produite comparativement au fongicide IBS utilisé seul. Nous avons observé le roussissement des fruits après une application post-floraison d'hexaconazole et des effets régulateurs de croissance sur le feuillage suite à l'utilisation de cyproconazole et d'hexaconazole. Nous discutons de l'utilisation des fongicides IBS en mélange afin d'éviter le développement de résistance par le champignon.

PHYTOPROTECTION 1990 (71) : 9 – 15

Full-season and post-harvest applications of sterol-inhibiting fungicides to reduce ascospore formation in Venturia inaequalis
A.R. Biggs and J. Warner

PHYTOPROTECTION 71 : 9-15

[Full-season and post-harvest applications of sterol-inhibiting fungicides to reduce ascospore formation in Venturia inaequalis] Manuscrit disponible en format pdf

Nous avons évalué plusieurs fongicides inhibiteurs de stérols lors de programmes de vaporisation en pleine saison ou en post-récolte en vue de l'inhibition de la formation d'ascospores par le Venturia inaequalis, agent pathogène de la tavelure de la pomme. Les traitements post-récolte avec le flusilazole et le diniconazole étaient comparables ou supérieurs à ceux utilisant le benomyl, avec une suppression de la production d'ascospores de 55 à 99 % ; cependant, le bitertanol a stimulé la production d'ascospores jusqu'à 52%. Lorsqu'appliqués neuf fois lors des programmes en pleine saison, le bitertanol, le flusilazole et le triflumizole ont réduit la formation d'ascospores à un niveau similaire ou supérieur à celui obtenu avec le dodine. Les programmes en pleine saison ont été efficaces à réduire la production d'ascospores.

PHYTOPROTECTION 1990 (71) : 25 – 30

Susceptibility of apples to damage by Lygocoris communis and Lygus lineolaris (Hemiptera : Miridae)
O.D. Michaud, R.K. Stewart and G. Boivin

PHYTOPROTECTION 71 : 25-30

[Susceptibility of apples to damage by Lygocoris communis and Lygus lineolaris (Hemiptera : Miridae)] Manuscrit disponible en format pdf

Les dommages causés par les larves et les adultes du Lygocoris communis et du Lygus lineolaris aux pommiers (cv. Mclntosh) ont été évalués au moyen de cages de mousseline placées sur des branches de pommiers. Chaque larve de L. communis placée en cage au calice a endommagé une moyenne de 2,1 pommes alors que chaque adulte placé en cage à la nouaison en a endommagé 2,0. Les dommages causés par les jeunes larves (1er, 2e et 3e stades) ont été plus importants que ceux causés par les vieilles larves (4e et 5e stades) et les adultes. Chaque adulte hivernant de L. lineolaris a détruit une moyenne de 4,5 bourgeons à fruits. Chaque adulte de L. lineolaris a endommagé une moyenne de 4,0 pommes lorsque l'attaque avait lieu du stade du pré-bouton rose à la pleine floraison.

PHYTOPROTECTION 1990 (71) : 17 – 23

Évaluation au Québec d’un modèle de prédiction de la fin de la période annuelle d’éjection des ascospores du Venturia inaequalis.
M. St-Arnaud and P. Neumann
PHYTOPROTECTION 71 : 17-23

[Évaluation au Québec d’un modèle de prédiction de la fin de la période annuelle d’éjection des ascospores du Venturia inaequalis.] Manuscrit disponible en format pdf

Un modèle de prédiction de la fin de la période des éjections d'ascospores du Venturia inaequalis, développé à partir de données recueillies au New Hampshire, a été évalué dans sept localités de pomoculture québécoise, entre 1981 et 1987. Pour Frelighsburg 1983 et Saint-Joseph-du-Lac 1982, à la date à laquelle le modèle a estimé le niveau de 100% d'ascospores matures, les valeurs observées n'ont pas différé significativement des estimés; dans tous les autres cas, les valeurs observées ont été significativement inférieures aux estimés avec une différence variant entre 4,2 % et 35,4 %. Le modèle a aussi prédit trop tôt la fin de la période d'éjection des ascospores dans 12 cas sur 16, alors qu'il restait entre 14% et 70% des ascospores dans les pseudothèces.

PHYTOPROTECTION 1990 (71) : 31 – 36

The biology, damage and within-tree distribution on the spruce bud midge on black spruce in Newfoundland
R. J. West

PHYTOPROTECTION 71 : 31-36

[The biology, damage and within-tree distribution on the spruce bud midge on black spruce in Newfoundland] Manuscrit disponible en format pdf

La cécidomyie de l'épinette (Rhabdophaga swainei) n'a qu'une seule génération par année sur l'épinette noire (Picea mariana) à Terre-Neuve. Les larves nouvellement écloses pénètrent dans les ébauches de bourgeons des nouvelles pousses à la fin de juin et au début de juillet; les larves, qui arrivent à maturité à l'automne, passeront l'hiver dans ces bourgeons. Elles s'y transformeront en pupes au printemps suivant et des adultes en émergeront en juin. Le nombre moyen d'oeufs trouvés dans des femelles vierges disséquées était de 86. Les parasites Platygaster rhabdophagae, Mesopolobus sp., Torymus sp. et Tetrastichus sp. ont été trouvés en grand nombre. Les bourgeons terminaux étaient beaucoup plus ravagés que les bourgeons latéraux ou latéraux supérieurs ; le tiers supérieur de la cime contenait également un plus grand nombre de bourgeons infestés mais sans pour autant affecter l'aspect de la cime. Les bourgeons infestés n'ont pas débourré et leur méristème apical ne s'est pas développé. L'allongement des cellules de l'ébauche de bourgeon est modifié par la présence de la cécidomyie de l'épinette qui produit des galles, sources d'éléments nutritifs et de protection pour les larves pendant l'hiver. Si le bourgeon d'une pousse apicale est attaqué, un bourgeon accessoire deviendra dominant et formera la nouvelle pousse apicale. Cette période de transition ralentit légèrement l'accroissement en hauteur mais la pousse apicale reprendra sa croissance normale au cours de l'année suivante.