wrapper

Connexion S'inscrire

Connexion

PHYTOPROTECTION 1992 (73) : 1 – 2

Lettre de la rédactrice en chef - Phytoprotection à l'heure du changement
Anne Légère
PHYTOPROTECTION 73 : 1-2

[Letter from the Editor - Phytoprotection, a time for change] Manuscrit disponible en format pdf


PHYTOPROTECTION 1992 (73) : 3 – 11

Influence of previous crops and nematicide treatments on root lesion nematode populations and crop yields
J. Kimpinski, L.M. Edwards, C.E. Gallant, H.W. Johnson, J.A. MacLeod and J.B. Sanderson

PHYTOPROTECTION 73 : 3-11

[Influence of previous crops and nematicide treatments on root lesion nematode populations and crop yields] Manuscrit disponible en format pdf

Nous avons étudié au champ l'influence du précédent cultural, de la séquence culturelle et de traitements à l'aldicarbe sur les populations de nematodes des nodosités et sur les rendements de diverses cultures à l'île-du Prince-Édouard. La culture précédente a eu le plus grand impact sur le nombre de nematodes. Les séquences des cultures ont parfois eu une influence sur les populations de nematodes des nodosités (principalement Pratylenchus penetrans) et sur les rendements. Dans les champs commerciaux d'orge (Hordeum vulgare), les nematodes des nodosités étaient plus nombreux lorsque l'orge suivait une culture combinée de trèfle rouge (Trifolium pratense) et de fléole (Phleum pratense) et les nematodes du rabougrissement (Tylenchorynchus spp., principalement T. dubiuset Merlinius spp.) étaient plus nombreux quand l'orge était semée pendant deux années consécutives. La masse de la matière sèche combinée du feuillage et du grain était plus importante lorsque l'orge était semée auprès des pommes de terre (Solanum tuberosum) et cette masse était plus faible avec deux cultures successives d’orge ou avec un mélange de trèfle rouge et de fléole. En conditions expérimentales au champ, les populations de nématodes des nodosités étaient plus élevées dans les racines d’orge lorsque celle-ci était cultivée après des pommes de terre et les rendements en grain étaient plus faibles lorsque l’orge était cultivée pendant deux années consécutives. Les changements dans les populations de nématodes chez la pomme de terre n’étaient pas associés aux séquences débutant avec le blé (Triticum aestivum) ou l’orge que dans les séquences débutant avec les pommes de terre ou le soya (Glycine max). L’aldicarbe a réduit le nombre de nématodes des nodosités en plus d’accroître les rendements en pommes de terre et en soya.

PHYTOPROTECTION 1992 (73) : 25 – 29

The European corn borer, Ostrinia nubilalis [Lepidoptera : Pyralidae] : a potential pest of potatoes growth on Prince Edward Island
J.G. Stewart

PHYTOPROTECTION 73 : 25-29

[The European corn borer, Ostrinia nubilalis [Lepidoptera : Pyralidae] : a potential pest of potatoes growth on Prince Edward Island] Manuscrit disponible en format pdf

L'influence de la pyrale du maïs, Ostrinia nubilalis (Lepidoptera: Pyralidae) sur le rendement des pommes déterre (Solanum tuberosum 'Russet Burbank') a été évaluée à deux localités de l'île du Prince Edouard en 1989 et 1990. À Summerside, le nombre moyen de larves par tige n'a pas excédé 0,19 pour ces deux années, et aucune différence significative de rendement n'a été trouvée entre les parcelles-témoins non traitées et les parcelles protégées avec le Bacillus thuringiensisvar. kurstaki (B.t.k.). À Tryon en 1989, une moyenne saisonnière de 1,16 larves par tige a réduit les rendements totaux et vendables de 7,5 et 8,8% respectivement, par rapport aux parcelles protégées par le B.t.k. Une tendance similaire quoique non significative a été observée en 1990 à ce même endroit. Le niveau plus élevé de dommages causés par la pyrale du maïs aux pommes de terre cultivées à l'île du Prince Edouard, par rapport aux cultures de régions plus au sud, peut être dû au plus long intervalle d'attaque. À l'île du Prince Edouard, le seuil d'action pour la pyrale du maïs sur les pommes déterre semble se situer entre 0,11 et 0,30 masse d'oeufs par tige.

PHYTOPROTECTION 1992 (73) : 13 – 23

Évaluation de lignées de sorgho (Sorghum bicolor) pour leur résistance à la mauvaise herbe parasite Striga hermonthica au Burkina Faso
A. Oliver, K.V. Ramaiah and G.D. Leroux
PHYTOPROTECTION 73 : 13-23

[Évaluation de lignées de sorgho (Sorghum bicolor) pour leur résistance à la mauvaise herbe parasite Striga hermonthica au Burkina Faso] Manuscrit disponible en format pdf

Des essais en pots et au champ ont été réalisés au Burkina Faso en 1987 pour évaluer la résistance de lignées de sorgho (Sorghum bicolor) vis-à-vis la mauvaise herbe parasite Striga hermonthica. Dans l'expérience en pots, les lignées de cycle court ICSV-1079 BF et ICSV-1078 BF ont présenté un nombre et une biomasse de S. hermonthica inférieurs à ceux du témoin sensible. Cette réaction n'a pas été confirmée dans l'expérience au champ. Aucune lignée ne s'est avérée résistante. Parmi les lignées de cycle moyen, aucune lignée ne s'est démarquée du témoin sensible dans l'expérience en pots. Dans l'expérience au champ, la lignée ICSV-1089 BF a présenté une faible sensibilité au S. hermonthica. Cependant, cette lignée a obtenu de faibles rendements. Aucune des lignées testées ne semble pouvoir être recommandée pour la lutte envers le S. hermonthica dans le sorgho au Sahel. Le cultivar Framida ne saurait être utilisé comme source de résistance au S. hermonthica. Il est urgent d'identifier de nouvelles sources de résistance afin de répondre aux besoins des programmes d'amélioration du sorgho.

PHYTOPROTECTION 1992 (73) : 31 – 36

A note on the antibiotic properties of Bacillus subtilis against Colletotrichum trifolii
Y. Douville et J.G. Boland

PHYTOPROTECTION 73 : 31-36

[A note on the antibiotic properties of Bacillus subtilis against Colletotrichum trifolii] Manuscrit disponible en format pdf

On a étudié l'influence et les mécanismes d'action in vitro et in vivo Bacillus subtilissur le Colletotrichum trifolii, un champignon causant l'anthracnose de la luzerne (Medicago sativa). Lors d'essais en chambre de culture, l'application du filtrat du bouillon nutritif du B. subtilis a réduit significativement l'incidence et la gravité de la maladie de respectivement 56 à 16% et de 2,0 à 1,2. L'application de cellules lavées du B. subtilis n'a pas entraîné une diminution de l'incidence et de la gravité de la maladie. Sur les folioles de la luzerne, le filtrat a causé une réduction de la germination des conidies, la lyse des conidies et une formation réduite d'appressoriums. In vitro, il a réduit la germination des conidies, induit la lyse des conidies et la formation de tubes germinatifs enflés. Un antibiotique de la famille des iturines, l'iturine D, serait l'agent actif dans la suppression du C. trifolii par le B. subtilis.