wrapper

Connexion S'inscrire

Connexion

PHYTOPROTECTION 2008 (89) : 1 – 6

Effect of different salts on the development of Fusarium solani var.
coeruleum, a causal agent of potato dry rot

Mélanie R. Mecteau, Joseph Arul, and Russell J. Tweddell

PHYTOPROTECTION 89 : 1-6

[Effet de différents sels sur le développement du Fusarium solanivar. coeruleum, un agent pathogène
responsable de la pourriture sèche de la pomme de terre]

Les objectifs de cette étude étaient (1) d'évaluer l'effet de différents sels sur le développement in vitro du Fusarium solanivar. coeruleumet (2) d'évaluer l'efficacité des sels testés à réduire le développement de la pourriture sèche de la pomme de terre causée par cet agent pathogène. Les travaux réalisés mon-trent que plusieurs sels utilisés à une concentration de 0.2 M ont réduit significativement la croissance mycélienne du F. solani var. coeruleum. L'acétate d'aluminium, le chlorure d'aluminium, le benzoate de sodium, le métabisulfite de sodium, le sorbate de potassium et le trisodium phosphate ont complètement inhibé la croissance mycélienne du champignon. L'exposition de conidies du F. solani var. coeruleum à l'acétate d'aluminium, au benzoate de sodium, au métabisulfite de sodium, au sorbate de potassium et au trisodium phosphate a causé la mortalité complète des conidies après 1 h. Le chlorure d'aluminium et le lactate d'aluminium ont pour leur part causé la mortalité complète des conidies après 24 h d'exposition. Afin d'évaluer l'effet des sels sur le développement de la pourriture sèche de la pomme de terre, des tubercules inoculés avec F. solani var. coeruleumont été traités avec les différents sels et la sévérité de la maladie a été évaluée après 7 j d'incubation. Parmi les sels testés, seul le chlorure d'aluminium a permis, comparativement au témoin, une réduction significative de la pourriture sèche de la pomme de terre. Cette étude suggère la possibilité d'utiliser le chlorure d'aluminium pour lutter contre la pourriture sèche de la pomme de terre.

Mots clés : aluminium, benzoate, fongitoxicité, Fusarium solani var. coeruleum, métabisulfite, phosphate,
pomme de terre, pourriture sèche, sel, sorbate, tubercule.

PHYTOPROTECTION 2008 (89) : 7 – 19

Response of the Pacific Coast wireworm, Limonius canus, and the dusky wireworm, Agriotes obscurus (Coleoptera: Elateridae), to insecticide-treated wheat seeds in a soil bioassay
Willem G. van Herk, Robert S. Vernon, Chandra Moffat, and Chantelle Harding

PHYTOPROTECTION 89 : 7-19

[Réponse du taupin du Pacifique, Limonius canus, et du taupin obscur, Agriotes obscurus (Coleoptera :
Elateridae), à des semences de blé traitées à l’insecticide dans un test biologique dans le sol]

Des larves du taupin obscur, Agriotes obscurus, et du taupin du Pacifique, Limonius canus, ont été exposées à des semences de blé germées et traitées à l’insecticide dans un dispositif-fenêtre rempli de terre en 2005 et en 2006. La position des larves ainsi que leur comportement envers les semences (contact ou répulsion) ont été observés toutes les 5 min durant 3 ou 5 h. La santé des larves a été observée durant 70 ou 126 j après l’exposition. Les semences ont été traitées avec les fongicides Dividend XLRTA (difénoconazole, méfénoxame) ou Raxil MD (tébuconazole, métalaxyle), ou encore avec les insecticides Vitavax Dual (lindane), Poncho 600F (clothianidine), Cruiser 350FS (thiaméthoxame), Admire 240FS (imidaclopride), Gaucho 480FL (imidaclopride), Tefluthrin 20CS (téfluthrine), ou une combinaison Tefluthrin- Cruiser. La plupart des vers fil-de-fer (> 80 %) sont entrés en contact avec les semences dans tous les traitements. Ils sont généralement demeurés en contact avec les semences durant toute la période d’observation dans les traitements témoins (Dividend, Raxil, semences non traitées). Les larves ont été repoussées après un bref contact (< 20 min) dans tous les traitements de Tefluthrin, sauf si elles étaient moribondes. La majorité des vers fil-de-fer se sont remis de la morbidité induite par le contact avec les semences à l’intérieur de 21 h et n’ont pas fait de rechute, à l’exception des larves de L. canus exposées au Cruiser et de quelques larves de A. obscurus exposées aux insecticides Gaucho et Admire. Le taux de mortalité était bas (< 50 %) dans tous les traitements sauf pour les larves de L. canus exposées au Cruiser à 15 et 30 g m.a. 100 kg-1 graine (60 et 75 %, respectivement). Le taux de mortalité était significativement plus bas lorsque les larves de L. canus étaient exposées à des combinaisons Tefluthrin-Cruiser que lorsqu’elles étaient exposées seulement au Cruiser. Ces résultats suggèrent que pour évaluer l’efficacité des insecticides à lutter contre les populations de vers fil-de-fer, une observation directe de leur comportement ainsi qu’une évaluation à long terme de leur état de santé sont nécessaires. L’impact de la répulsion et de la morbidité causées par les insecticides sur la lutte aux vers fil-de-fer dans les champs est également abordé.

Mots clés : Agriotes obscurus, insecticide, Limonius canus, répulsion, taupin, traitements de semences.

PHYTOPROTECTION 2008 (89) : 31 – 36

Assessment of powdery mildew (Blumeria graminis f. sp. hordei) resistance genes in Turkish barley varieties
Ahmet Zeybek, Sahin Dere, Gülay Gök, Asude Çallak, and Mahinur S. Akkaya

PHYTOPROTECTION 89 : 31-36

[Évaluation de gènes de résistance à l’oïdium (Blumeria graminis f. sp. hordei) sur des variétés d’orge
de Turquie]

Trente-quatre variétés d’orge (Hordeum vulgare) cultivées en Turquie ont été testées pour la présence de gènes de résistance (R) à l’oïdium (blanc) (Blumeria graminis f. sp. hordei) à l’aide du « test des segments foliaires » et de neuf isolats du champignon. Le gène R le plus commun parmi les variétés testées était Mla8, alors qu’une combinaison des gènes Mlg et Ml(CP) était trouvée chez trois variétés (Tokak 157/37, Beysehir 98, Konevei 98). La présence du gène Mlh a été identifiée chez quatre variétés (Obruk 86, Anadolu 86, Çıldır 02, Özdemir 05), alors qu’aucun gène R n’a été détecté dans trois autres variétés (Hamidiye 85, Yesevi 93, Bülbül 89). Aucune inférence n’a pu être clairement établie pour les variétés Gemici 7243, Yea 793.12 et Akhisar 98 à l’aide des isolats fongiques utilisés, ce qui suggère la présence de gènes R encore non identifiés. Au total, 10 gènes de résistance à l’oïdium (Mla8, Ml(La), Mlg, Ml(CP), Mlh, Mlat, Mla1, Mlh, Mla7, Mlra) étaient présents dans les variétés d’orge cultivées en Turquie, en plus d’autre(s) gène(s) non identifié(s).

Mots clés : Blumeria graminis f. sp. hordea, gènes de résistance, Hordeum vulgare, oïdium, orge, test
des segments foliaires.

PHYTOPROTECTION 2008 (89) : 21 – 29

Phytoremediation of hydrocarbon-contaminated soils with emphasis on the effect of petroleum hydrocarbons on the growth of plant species
Ravanbakhsh Shirdam, Ali Daryabeigi Zand, Gholamreza Nabi Bidhendi,and Nasser Mehrdadi

PHYTOPROTECTION 89 : 21-29

[La phytoremédiation de sols contaminés par des hydrocarbures et l’effet des hydrocarbures de pétrole sur la croissance des plantes]

À ce jour, plusieurs pays en voie de développement, comme l’Iran, ont presque complètement abandonné l’idée de décontaminer les sols pollués par le pétrole à cause des coûts élevés reliés aux méthodes conventionnelles (physiques/chimiques) de décontamination des sols. La phytoremédiation est une nouvelle technologie verte qui peut s’avérer une solution prometteuse au problème posé par la décontamination des sols pollués par des hydrocarbures. Évaluer la capacité d’espèces indigènes tolérantes à croître sur des sols âgés et pollués par des hydrocarbures de pétrole représente l’une des étapes clé de la phytoremédiation. Au cours de la présente étude, l’effet de la pollution aux hydrocarbures sur les caractéristiques de croissance du sorgho (Sorghum bicolor) et du lin cultivé (Linum usitatissumum) a été évalué à partir d’une concentration initiale de 40 000 ppm. À la fin de d’étude, des échantillons de sols dans lesquels des plantes avaient obtenu un bon taux de croissance ont été analysés à l’aide d’un appareil CG-DIF afin de déterminer les taux d’hydrocarbures pétroliers (THP) totaux enrayés des sols. Le lin cultivé a été utilisé pour la première fois dans l’histoire de la phytoremédiation de sols contaminés par le pétrole. Les deux espèces ont fait preuve d’une efficacité prometteuse dans les sols fortement pollués. Cependant, la pollution par les hydrocarbures de pétrole a réduit de façon significative la croissance des plantes à l’étude. Le sorgho et le lin cultivé ont réduit la concentration en THP de 9 500 et 18 500 mg kg-1, respectivement, comparativement au traitement témoin.

Mots clés : Paramètres de croissance, phytoremédiation, plante, sol contaminé aux hydrocarbures.

PHYTOPROTECTION 2008 (89) : 37 – 39

Effect of the root-lesion nematode (Pratylenchus penetrans) on annual bluegrass (Poa annua)
Guy Bélair and Louis Simard

PHYTOPROTECTION 89 : 37-39

[Effet du nématode des lésions de racines (Pratylenchus penetrans) sur le pâturin annuel (Poa annua)]

Cette étude a été menée afin d’évaluer l’effet de différentes densités de population du nématode des lésions de racines (Pratylenchus penetrans) sur la croissance du pâturin annuel (Poa annua) dans des conditions contrôlées. Dans deux expériences différentes, les nématodes ont été inoculés à des concentrations de 100, 500, 1000 ou 5000 nématodes 100 cm-3 de sol par pot ou par tube. Neuf sem après l’inoculation, les populations du P. penetrans dans les racines avaient augmenté de façon linéaire avec les concentrations initiales de nématodes dans les deux expériences. La croissance et la qualité du gazon étaient uniformes pour tous les traitements et il n’y avait aucune différence significative avec le témoin. Dans les conditions expérimentales présentes, P. annua s’est avéré une plante hôte tolérante au P. penetrans.

Mots clés : gazon, nématode des lésions de racines, pâturin annuel, Poa annua, Pratylenchus penetrans, terrain de golf.