wrapper

Connexion S'inscrire

Connexion

PHYTOPROTECTION 2011 (91) : 15 – 18

The use of test tube plantlets for the assessment of Potato virus Y transmission by Myzus persicae and Aphis glycines
Xianzhou Nie, Marie-Andrée Giguère, and Yvan Pelletier

PHYTOPROTECTION 91 : 15-18

[Utilisation de vitroplants pour l’évaluation de la transmission du virus Y de la pomme de terre par Myzus persicae et Aphis glycines]

Des vitroplants ont été utilisés pour évaluer le taux de transmission du virus Y de la pomme de terre (PVY) entre plants de pomme de terre par un puceron inféodé à la pomme de terre, le puceron vert du pêcher (Myzus persicae), et un puceron non-inféodé à la pomme de terre, le puceron du soya (Aphis glycines). Des taux similaires d’efficacité de transmission du PVY par M. persicae ont été observés lorsque des vitroplants ou des plantes en pot étaient utilisés, ce qui démontre la validité de l’utilisation de vitroplants pour l’évaluation du taux de transmission du PVY par les pucerons. La même approche a par la suite été utilisée pour mesurer le taux de transmission du PVYO et du PVYN:O par M. persicae et par A. glycines sous deux régimes d’acquisition, soit 5 min de sondage continu et 1 h d’accès. Le taux de transmission de M. persicae a été de 24,1 % et de 51,7 % pour PVYO et PVYN:O, respectivement, sous un régime d’acquisition de 5 min, et de 0,0 % et 1,7 % pour PVYO et PVYN:O, respectivement, avec A. glycines. Sous un régime d’acquisition d’une heure, aucune infection n’a été observée à l’exception de PVYN:O par M. persicae qui a présenté un taux d’infection de 3,4 %.

Mots clés : Aphis glycines, Myzus persicae, vitroplants, virus Y de la pomme de terre, transmission.

PHYTOPROTECTION 2011 (91) : 19 – 21

Pathogenicity tests of Gremmeniella abietina var. balsamea isolated from balsam fir in Canada
Edgar Smerlis and Gaston Laflamme

PHYTOPROTECTION 91 : 19-21

[Tests du pouvoir pathogène de Gremmeniella abietina var. balsamea isolé du sapin baumier au Canada]

Gremmeniella abietina var. balsamea isolé du sapin baumier (Abies balsamea) a été soumis à une épreuve de pouvoir pathogène chez différentes espèces de conifères, y compris A. balsamea. Le pouvoir pathogène de ce champignon était positif seulement sur le sapin baumier. Ce champignon pathogène n’a pu infecter d’autres conifères, pas même les épinettes qui sont pourtant des hôtes reconnus du taxon G. abietina var. balsamea. De plus, les isolats provenant des épinettes et des pins étaient pathogènes seulement sur leurs hôtes respectifs. Ces résultats soulèvent des questions quant au statut taxonomique des deux champignons pathogènes classés comme G. abietina var. balsamea.

Mots clés : Chancre scléroderrien, Picea mariana, Pinus banksiana.

PHYTOPROTECTION 2011 (91) : 11 – 14

Stork’s bill (Erodium cicutarium (L.) L’Her. ex Ait) and hemp-nettle (Galeopsis tetrahit L.): a cautionary note for eastern Canada field crops
Anne Légère, F. Craig Stevenson, Olivier Lalonde, Anne Vanasse, and Diane Lyse Benoit

PHYTOPROTECTION 91 : 11-14

[Un avertissement concernant l’érodium cicutaire (Erodium cicutarium (L.) L’Her. ex Ait) et l’ortie royale (Galeopsis tetrahit L.) dans les grandes cultures de l’est du Canada]

L’érodium cicutaire a été observée pour la première fois en 2009, puis à nouveau en 2010, dans une étude sur la conservation des sols en place depuis 22 ans, à La Pocatière, Québec. En un an, l’espèce s’est répandue de deux à dix parcelles et la densité est passée de = 12 plants m-2 en 2009 à 100-232 plants m-2 en 2010. L’érodium cicutaire, n’étant pas une mauvaise herbe d’importance agricole dans l’est canadien, devra être surveillée étroitement de façon à pouvoir intervenir rapidement et prévenir son expansion. La densité relativement élevée d’ortie royale dans le semis direct comparativement aux parcelles avec travail du sol en 2009 a été attribuée à une opération exceptionnelle de sarclage mécanique dans le semis direct, ce qui confirme la sensibilité de l’espèce au travail du sol.

Mots clés : banque de graines de mauvaises herbes, érodium cicutaire, Erodium cicutarium, Galeopsis tetrahit, ortie royale, pratiques de conservation des sols, semis direct.

PHYTOPROTECTION 2011 (91) : 3 – 10

Pathogenicity of Pythium species causing seed rot and damping-off in soybean under controlled conditions
Lai Wei, Allen G. Xue, Elroy R. Cober, Carolyn Babcock, Jinxiu Zhang, Shuzhen Zhang, Wenbin Li, Junjiang Wu, and Lijun Liu

PHYTOPROTECTION 91 : 3-10

[Pouvoir pathogène d’espèces de Pythium provoquant la pourriture de racine et la fonte des semis chez la fève de soja en conditions contrôlées]

Les espèces de Pythium provoquent la pourriture de racine (PR) et la fonte des semis (FS) chez la fève de soja dans le monde entier. Dans une étude précédente, des espèces de Pythium ont été isolées à partir de plants de fève de soja infectés en Ontario et au Québec, mais leur pouvoir pathogène n’a pas été évalué. Dans la présente recherche, le pouvoir pathogène de 24 isolats de huit espèces de Pythium a été évalué relativement à leur capacité de provoquer la PR et la FS dans des serres; l’effet de la température sur leur capacité de provoquer la PR a également été étudié. Il y avait des différences significatives entre les huit espèces de Pythium pour la PR et la FS. À 25°C, P. ultimum détenait le plus grand pouvoir pathogène, provoquant 97,0 % de PR et 46,4 % de FS, en moyenne, chez les deux cultivars utilisés. Pythium aphanidermatum détenait le deuxième plus grand pouvoir pathogène, provoquant 88,5 % de PR et 41,8 % de FS. Des deux cultivars utilisés dans ces essais, ‘Beechwood’ était significativement plus susceptible que ‘Nattawa’ à la PR et à la FS. La température a eu un effet significatif sur la PR. Pour les quatre températures évaluées (4°C, 12°C, 20°C et 28°C), P. ultimum détenait un important pouvoir pathogène, alors que P. arrenomanes, P. coloratum et P. dissotocum étaient les moins pathogènes. L’influence de la température était plus prononcée chez P. aphanidermatum, qui montrait un pourcentage élevé de PR avec une augmentation de la température, et chez P. irregulare, P. macrosporum et P. sylvaticum, qui ont montré une diminution de PR avec une augmentation de la température.
Mots clés : fève de soja, fonte des semis, Glycine max, pourriture de racine, pouvoir pathogène, Pythium spp.